Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Patrimoine / Patrimoine religieux / Calvaire de Lesve

Calvaire de Lesve

 

 

Le calvaire de Lesve, un joyau de notre patrimoine

 

Jusqu’en 2014, cette chapelle abritait le calvaire de Lesve attribué au Maître du calvaire de Lesve. Cette œuvre figure parmi les œuvres importantes dans la production sculptée de nos régions au 16e siècle. Ce joyau du territoire se compose de saint Jean et de la Vierge éplorés au pied du Christ sur la croix. Le calvaire est une œuvre de transition entre le style médiéval et renaissant.

 

Calvaire de Lesve, sculpture en bois polychromé, attribué au Maître du calvaire de Lesve, 16e s,

(photo © G.Focant – AwaP, 2019)

 

                                                               

                

 

photo © G.Focant – AwaP, 2019 

L’ensemble était en 2013 en très mauvais état, du fait que le groupe statuaire était abrité dans un lieu inadéquat tant pour sa conservation que pour le risque de vol. Dans le cadre d’un partenariat, la Province de Namur a accompagné la commune de Profondeville afin de permettre la restauration du groupe statuaire ainsi que son transfert dans l’église Saint-Wilmar à Lesve pour améliorer ses conditions de conservation, de sécurisation et de valorisation. La chapelle du cimetière, en désuétude, a aussi fait l’objet d’une restauration complète.
 

Un calvaire pour veiller les morts

 

Jadis, sous l’Ancien Régime, nos cimetières paroissiaux entouraient les églises. Dès le début du 19e siècle, la sécularisation de l’aire sépulcrale et la création du cimetière communal conduisent à la création de nouveaux cimetières, ouverts à tout individu quelle que soit son orientation philosophique et religieuse. Puisque le cimetière paroissial était marqué par l’édifice de culte, le cimetière civil se devait aussi d’imprimer sa caractéristique essentielle. Dans les sites ruraux, il n’est pas rare de voir un calvaire funéraire veiller les morts et occuper une place centrale de l’aire sépulcrale comme ici à Lesve. Cet espace n’est donc pas toujours aussi neutre qu’on le pense et transcrit ainsi souvent les positions idéologiques et politiques des pouvoirs communaux en place à l’époque. Comme jadis, le cimetière de Lesve reproduit ainsi la tradition, avec cette chapelle abritant un calvaire pour veiller sur les morts.
 

La chapelle du calvaire de Lesve

 
La chapelle actuelle est située au centre du cimetière. C'est un petit édicule du 19e s. en grès sous toiture d’ardoise. Elle est ouverte en façade par une grande baie en arc brisé.
L’emplacement du calvaire de Lesve (16e s.), avant la construction de cette chapelle, reste pour l’instant un mystère. Le calvaire était-il déjà dans ce cimetière avant le 19e s.? Des recherches historiques plus approfondies permettraient, peut-être, d'élucider cette question aujourd’hui sans réponse.
 

Lire le dossier complet 

Lees het volledige bestand

 

À noter, l'ancienne église de Lesve occupait ce site entouré de son cimetière, toujours en place, avant la construction de l’église actuelle entre 1760 et 1763, quelques mètres en contre-haut. Les matériaux de la vieille église ont été réutilisés pour la nouvelle construction, raison pour laquelle cette ancienne église a disparu.
Cependant, la chapelle actuelle a parfois abusivement été mentionnée dans des anciens écrits comme étant le « chœur de l’ancienne église datant du 17e s. ». Les nouvelles recherches démentent cette affirmation.

 

Calvaire de Lesve